Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 14:45

La fin de l'hiver sonne la mise en oeuvre du désormais traditionnel Prix Littéraire de notre association. Le Jury a sélectionné cette année cinq ouvrages dont trois du même auteur.

 

La part de l aube-43c3b La part de l'aube

de Eric Marchal                                                         Editions Anne Carrière 

 

 

A Lyon, en 1777, après la découverte de textes gaulois, l'avocat Antoine Fabert et ses proches se lancent à la recherche d'une mystérieuse statuette dont le secret pourrait à lui seul ébranler la royauté à la veille de la Révolution Française.

Ce roman, sous forme d'enquête, nous fait côtoyer des personnages célèbres comme Voltaire ou Marie-Antoinette..., mais aussi des travailleurs du monde de la soie...

 

 

 

                                                                           Bleu de SèvresBleu de Sevres-abca1

                                                                           de Jean-Paul Desprat                                                                              Editions du Seuil (2006)

 

 

Versailles, janvier 1760

 

L'auteur retrace de façon romanesque la quête des secrets de fabrication de la porcelaine, jalousement gardés à la manufacture de Meissen en Saxe depuis le début du XVIIIème siècle. 

Nous suivons dans cet ouvrage le parcours d'Anselme Masson, jeune auvergnat de formation scientifique, chargé par Madame de Pompadour de percer le secret des pâtes dures de Saxe au profit de la manufacture de Sèvres.

 

 

Jaune de Naples-195a6Jaune de Naples

de Jean-Paul Desprat                                                        Editions du Seuil (2010)

 

Printemps 1770

 

Dans le second tome de cette série, nous suivons les péripéties napolitaines et romaines du personnage principal Anselme Masson. Marie-Antoinette l'envoie à Naples pour ressusciter la manufacture de porcelaine de Capodimonte près de Naples. Il est aussi chargé de rapporter à Sèvres le savoir-faire italien.

 

 

                                                      Rouge de ParisRouge de Paris-b5f51

                                                            de Jean-Paul Desprat                                                                Editions du Seuil

 

 

Octobre 1789

 

Au gré des événements politiques de la fin de ce XVIIIème siècle, la manufacture de Sèvres perd sa riche clientèle princière. De royale, la fabrique va devenir nationale.

Adèle Masson (fille d'Anselme), spécialisée dans la peinture d'oiseaux sur porcelaine, s'emploie à trouver les moyens de sauver la fabrique.

Ce roman, le troisième et dernier d'une saga sur la porcelaine, nous convie à une traversée de la Révolution jusqu'à la chute de Robespierre.

 

 

Diderot-bcbc3Diderot cul par dessus tête

de Michel Delon                                                               Editions Albin Michel

 

A l'occasion du tricentenaire de la naissance de Diderot le 5 octobre 2014, Michel Delon propose un résumé d'un siècle de découvertes. Diderot, philosophe, promoteur génial de l'Encyclopédie, reste l'homme d'un combat joyeux en faveur de la liberté.

Dans cet essai littéraire, l'auteur nous parle d'un Diderot moderne, sans apprêt ni dentelles: un homme de tous les temps, donc du nôtre.

 

 

C'est le vendredi 11 avril que le Jury annoncera le lauréat 2014 au restaurant "Le Gabriel" à Bordeaux.

                                        

Partager cet article

Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 12:09

voeux2014

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:17

    SAM 7186

 

Nous étions nombreux au rendez-vous que nous avait donné Monique Brut pour sa nouvelle conférence: "Histoire de Pierre, Baron de Secondat (et ses descendants) qui aurait du être Baron de La Brède (1900-2002)".


SAM 7189

 

En l'absence du Baron Henri de Montesquieu, son fils, Alexandre, a lu une lettre adressée à Monique dans laquelle il faisait part de sa méconnaissance de cet épisode de l'histoire de sa famille.

 

Puis, Monique, avec son talent habituel de conteuse nous dévoila les péripéties qui l'ont incitée à s'intéresser à cette histoire restée inconnue pendant plus d'un siècle.

Gérard (mari de Monique), collectionneur passionné, soucieux d'apporter sa contribution aux recherches menées par sa femme, lui a offert un objet insolite déniché sur internet  : la médaille militaire de Pierre de Secondat.

 

    photo(1)  photo(3) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce cadeau a  posé un nouveau problème à Monique: de quel Pierre s'agissait-t-il?

 

Denise (la fille cadette de Montesquieu) a eu quatre enfants; l'aîné, Joseph-Cyrille, en a eu lui-même deux dont Prosper, Baron en titre, père de Charles et de Gaston.

 

De Charles, l'aîné (1833-1900) descendait la comtesse Jacqueline de Chabannes; de Gaston, le second (1834-1908), l'actuel Baron Henry de Montesquieu. 

 

Charles s'est marié en 1863. Son épouse de 19 ans, Euphrosine, issue d'une famille aisée était liée aux de Sèze de Saint Médard d'Eyrans. Ils ont eu deux enfants, Pierre (1867-1917) et Suzanne (1864-1914). En 1871, à la mort de son père, il hérite du titre de Baron de Montesquieu, du château de La Brède et des terres de Rochemorin. Charles a été un personnage important de La Brède. Il a notamment assumé trois mandats de maire.

 

Son fils, Pierre est appelé à l'armée en 1887. Il y effectue son service pendant les quatre années règlementaires. Dégagé de ses obligations militaires, il se rapproche de son père et travaille avec lui à la réédition des oeuvres de Montesquieu. A cette époque, il semblerait qu'il ait déjà rencontré Suzanne Loutz, native du grand duché du Luxembourg dont nous savons peu de choses, si ce n'est qu'elle était d'origine modeste. De cette union naquit le 13 novembre 1897 Charles Henri Pierre (que nous nommerons Pierre II). Ses parents n'ont jamais été mariés, mais reconnu par son père, il portait le nom " de Secondat de Montesquieu".

 

Charles meurt en 1900. Dans l'année qui suit, Pierre ne figure plus sur aucun faire-part                (mariages, naissances...). Le lien familial est rompu. Il n'héritera donc jamais ni du titre de Baron ni du château de La Brède. C'est sa soeur Suzanne, grand-mère de la comtesse de Chabannes qui conserve et transmettra le château. Quant au titre de Baron , il est transmis à l'aîné de ses frères, Gaston qui avait acheté le château des Fougères en 1867.

 

Revenons donc à Pierre II, qui, en 1915, s'engage à son tour dans l'armée. C'était donc à ce Pierre là qu'appartenait la médaille trouvée par Gérard, grâce à Internet !! 

 

Pierre II se marie en 1921. Il épouse Madeleine Eva Aline Quintin issue de la bonne bourgeoisie bordelaise. Ils ont en 1922 une fille Jacqueline qui n'aura pas de descendant.

 

Pierre meurt en 1917 et est inhumé à La Brède dans le caveau des Montesquieu. Pierre II meurt en 1949 et est inhumé dans le caveau familial de ses beaux-parents, les Quintin. Suzanne, Madeleine et Jacqueline ( trois générations de femmes) vont vivre ensemble à Talence. Suzanne meurt à 85 ans en 1956, puis Madeleine en 1963 (inhumées toutes deux dans le caveau des Quintin).

 

SAM 7190

 

Jacqueline de Secondat de Montesquieu, célibataire, médecin scolaire à Bordeaux est décédée seule en 2002 dans une maison de retraite et a rejoint ses mère et grand-mère dans le caveau de la famille Quintin.

 

Après cet exposé touchant de Monique, nous étions une quarantaine à nous rendre au restaurant "La Table de Montesquieu" pour poursuivre commentaires et échanges autour d'un bon repas.

 

Ceci n'est qu'un résumé sommaire de la conférence. Monique Brut prépare un opuscule dans lequel chacun retrouvera les détails de cette histoire familiale où l'amour faisant fi des convenances sociales a conduit Jacqueline à ne garder comme héritage que le nom prestigieux de son aïeul, le philosophe Montesquieu. Nous ne manquerons pas de vous informer de la publication de cet ouvrage. 

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:17

    SAM 7186

 

Nous étions nombreux au rendez-vous que nous avait donné Monique Brut pour sa nouvelle conférence: "Histoire de Pierre, Baron de Secondat (et ses descendants) qui aurait du être Baron de La Brède (1900-2002)".


SAM 7189

 

En l'absence du Baron Henri de Montesquieu, son fils, Alexandre, a lu une lettre adressée à Monique dans laquelle il faisait part de sa méconnaissance de cet épisode de l'histoire de sa famille.

 

Puis, Monique, avec son talent habituel de conteuse nous dévoila les péripéties qui l'ont incitée à s'intéresser à cette histoire restée inconnue pendant plus d'un siècle.

Gérard (mari de Monique), collectionneur passionné, soucieux d'apporter sa contribution aux recherches menées par sa femme, lui a offert un objet insolite déniché sur internet  : la médaille militaire de Pierre de Secondat.

 

    photo(1)  photo(3) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce cadeau a  posé un nouveau problème à Monique: de quel Pierre s'agissait-t-il?

 

Denise (la fille cadette de Montesquieu) a eu quatre enfants; l'aîné, Joseph-Cyrille, en a eu lui-même deux dont Prosper, Baron en titre, père de Charles et de Gaston.

 

De Charles, l'aîné (1833-1900) descendait la comtesse Jacqueline de Chabannes; de Gaston, le second (1834-1908), l'actuel Baron Henry de Montesquieu. 

 

Charles s'est marié en 1863. Son épouse de 19 ans, Euphrosine, issue d'une famille aisée était liée aux de Sèze de Saint Médard d'Eyrans. Ils ont eu deux enfants, Pierre (1867-1917) et Suzanne (1864-1914). En 1871, à la mort de son père, il hérite du titre de Baron de Montesquieu, du château de La Brède et des terres de Rochemorin. Charles a été un personnage important de La Brède. Il a notamment assumé trois mandats de maire.

 

Son fils, Pierre est appelé à l'armée en 1887. Il y effectue son service pendant les quatre années règlementaires. Dégagé de ses obligations militaires, il se rapproche de son père et travaille avec lui à la réédition des oeuvres de Montesquieu. A cette époque, il semblerait qu'il ait déjà rencontré Suzanne Loutz, native du grand duché du Luxembourg dont nous savons peu de choses, si ce n'est qu'elle était d'origine modeste. De cette union naquit le 13 novembre 1897 Charles Henri Pierre (que nous nommerons Pierre II). Ses parents n'ont jamais été mariés, mais reconnu par son père, il portait le nom " de Secondat de Montesquieu".

 

Charles meurt en 1900. Dans l'année qui suit, Pierre ne figure plus sur aucun faire-part                (mariages, naissances...). Le lien familial est rompu. Il n'héritera donc jamais ni du titre de Baron ni du château de La Brède. C'est sa soeur Suzanne, grand-mère de la comtesse de Chabannes qui conserve et transmettra le château. Quant au titre de Baron , il est transmis à l'aîné de ses frères, Gaston qui avait acheté le château des Fougères en 1867.

 

Revenons donc à Pierre II, qui, en 1915, s'engage à son tour dans l'armée. C'était donc à ce Pierre là qu'appartenait la médaille trouvée par Gérard, grâce à Internet !! 

 

Pierre II se marie en 1921. Il épouse Madeleine Eva Aline Quintin issue de la bonne bourgeoisie bordelaise. Ils ont en 1922 une fille Jacqueline qui n'aura pas de descendant.

 

Pierre meurt en 1917 et est inhumé à La Brède dans le caveau des Montesquieu. Pierre II meurt en 1949 et est inhumé dans le caveau familial de ses beaux-parents, les Quintin. Suzanne, Madeleine et Jacqueline ( trois générations de femmes) vont vivre ensemble à Talence. Suzanne meurt à 85 ans en 1956, puis Madeleine en 1963 (inhumées toutes deux dans le caveau des Quintin).

 

SAM 7190

 

Jacqueline de Secondat de Montesquieu, célibataire, médecin scolaire à Bordeaux est décédée seule en 2002 dans une maison de retraite et a rejoint ses mère et grand-mère dans le caveau de la famille Quintin.

 

Après cet exposé touchant de Monique, nous étions une quarantaine à nous rendre au restaurant "La Table de Montesquieu" pour poursuivre commentaires et échanges autour d'un bon repas.

 

Ceci n'est qu'un résumé sommaire de la conférence. Monique Brut prépare un opuscule dans lequel chacun retrouvera les détails de cette histoire familiale où l'amour faisant fi des convenances sociales a conduit Jacqueline à ne garder comme héritage que le nom prestigieux de son aïeul, le philosophe Montesquieu. Nous ne manquerons pas de vous informer de la parution de cette parution. 

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 10:09

 

SAM 7029

 

Jeudi 3 octobre 2013, les membres du Bureau du Cercle des Amis de Montesquieu recevaient leurs partenaires. Nombreux d'entre eux avaient répondu présents et c'est par la visite guidée du château de La Brède que la journée a commencé.

Puis à midi, Monique attendait ses invités au château de Rochemorin à Martillac. Et là, au milieu des vignes, comme à son habitude, elle nous a conté quelques anecdotes historiques.

 

Balade-a-Leo 1765

Balade-a-Leo 1763

 

 

 

Au fil des siècles, les bornes portant le "L" de la famille de La Lande et le "croissant" de la ville de Bordeaux, délimitant les propriétés de Montesquieu, furent recouvertes par la végétation, déplacées, volées...

Monsieur Lurton en a retrouvé un certain nombre et a donné une place privilégiée à deux d'entre elles.

 

 

 

Monique nous avait ensuite réservé une surprise en offrant l'apéritif sur la terrasse du belvédère.

Et le temps d'une dégustation d'un "Château de La Brède" (nouvelle cuvée), nous faisions une balade à travers les siècles.

 

SAM 7033

 

Le vieux Rochemorin qui a tant questionné Monique..., le pont d'Aquitaine, les vignes en pleine vendange, se dévoilaient à nous depuis ce point de vue privilégié choisi par Monsieur Lurton pour la construction de ce nouveau chai où nous dégustions le buffet et les vins minutieusement préparés.

 

Ainsi furent remerciés nos partenaires. 

 

SAM 7035

SAM 7036

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 10:13

Chers amis,

 

nous vous proposons un petit aperçu en images de notre Journée du 14 septembre.

 

03 Montesquieu 2013-15

13 Montesquieu 2013-27

16 Montesquieu 2013-30

21 Montesquieu 2013-33

22 Montesquieu 2013-34

 

Sur le site de la mairie de La Brède www.labrede-montesquieu.fr, vous trouverez les tableaux relatant les moments forts de cette belle Journée.


N'oubliez pas de consulter la rubrique "La Presse et Nous" sur notre site.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 00:00

Le 27 avril 2013, Monique Brut a reçu les Palmes Académiques pour un travail de longue haleine, commencé en 1989 dans sa classe de CM1 de l'école Jean Cazauvieilh à La Brède et sans cesse enrichi au fil des années.

 

SAM 6024

 

Jeune retraitée en 2004, Monique a mis à profit son temps libre pour approfondir ses recherches, multiplier les rencontres et se lier d'amitié avec d'autres passionnés  du siècle des Lumières et en particulier de Montesquieu. 

2005, année du 250ème anniversaire de la mort de Montesquieu, marque le début d'une aventure dans laquelle elle a entraîné quelques amis de longue date. Ont été organisées , tous les 10 du mois, dans des lieux remarquables, des lectures de lettres, choisies parmi toutes celles reçues ou écrites par notre philosophe brédois. Afin de garder la mémoire de toutes ces rencontres, Monique a écrit et publié, en 2006, son premier ouvrage: "Montesquieu, ces dames et le vin".

    Monique 001

 

Portée par l'engouement et l'attente de son nouveau public, Monique, accompagnée d'Alexandre et de Sylvie, a poursuivi cette fabuleuse histoire en créant une association "Le Cercle des amis de Montesquieu" et un Prix Littéraire. Dans la continuité, en 2010, était édité "Montesquieu en ses vignobles".

 

Grâce à sa formation de pédagogue, sa persévérance, son travail minutieux, son désir de transmettre et partager, sa passion communicative, elle a offert une approche plus humaine et plus abordable de Montesquieu.

Nous la remercions pour tous les moments forts que nous avons partagés et sommes prêts à la suivre pour de nouvelles réalisations.

 

Aujourd'hui son travail est reconnu officiellement et nous avons été heureux d'avoir été invités à la remise des "Palmes Académiques". Entourée de sa famille et de ses amis elle a pu savourer et partager son plaisir. Récompense honorifique certes, mais accompagnée de cadeaux parfois surprenants?

 

SAM 6055

 

 

 

 

 

 

 

SAM 6059

 

 

 

 

Un nouvel outil... Comment faire? Papier, feuilles, post-it, stylos, crayons... Mes fidèles compagnons... Vont-ils faire bon ménage?

 

 

 

 

SAM 6061    

Suis rassurée... Ils ont pensé à tout... !

 

Et comme d'habitude tout moment important s'achève toujours par une dégustation !  

 SAM 6066

 

Merci beaucoup, Monique, et nous sommes impatients de lire tes mails...!

Partager cet article

Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 10:26

Vous n'aurez pas le plaisir de rencontrer la lauréate du 6ème prix Montesquieu, elle ne viendra pas chercher sa récompense le 14 septembre... Sophie von La Roche, aristocrate d'origine allemande a en effet vécu au XVIIIème siècle (1730-1807).

  SAM 5988

 

Journaliste avant l'heure, elle nous offre un témoignage direct et vivant de la France de 1785 qu'elle a traversée de Strasbourg à Bordeaux en passant par Paris, Versailles et La Brède...

 

Sophie von La Roche portrait

 

Le "Journal d'un voyage à travers la France", écrit dans un style très agréable, offre une vision réaliste de la capitale française où se côtoient la misère et la richesse, la pauvreté et le luxe. Sophie von La Roche, femme généreuse et très cultivée, s'exprimant couramment en français, adepte des Lumières, grande admiratrice de Rousseau et de Montesquieu revendique son appartenance à l'Europe culturelle de son temps où la France et Paris occupaient alors une place centrale.

 Journal dun voyage- (1)

 

Ce récit de voyage est pour la première fois traduit en français dans son intégralité. Le choix des jurés ne s'est pas porté sur cet ouvrage en raison des pages passionnantes écrites sur Bordeaux et La Brède (certains initiés les connaissaient déjà car traduites par Louis Desgraves) mais pour ses qualités littéraires, historiques et esthétiques.

 

Nos remerciements vont aux traducteurs, Michel Lung (décédé), à sa fille Anne Lung-Faivre et à Jean Mondot (préfacier) qui ont permis par leur travail d'achever ce livre. Et merci à Bernard Larrieu (Editions de L'Entre-Deux-Mers) d'avoir eu l'audace de l'éditer.

  SAM 5980

 

Bernard Larrieu, qui était à Périgueux est venu rejoindre les jurés réunis au restaurant "Le Gabriel" à Bordeaux (dont nous remercions le chef François Adamski pour son accueil). Il a témoigné de son émotion et de sa joie pour un livre auquel il ne croyait pas au début.

 SAM 5982

 

Anne Lung-Faivre sera le 14 septembre à La Brède pour la remise officielle du Prix en compagnie de tous ceux qui ont fait le bonheur posthume de Sophie.

Partager cet article

Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 10:34

Le samedi 2 mars 2013, une quarantaine de membres du Cercle se sont retrouvés avec beaucoup de plaisir et de spontanéïté salle Latapie, à La Brède, pour l'Assemblée Générale de l'Association (le compte-rendu sera mis sur le site). Ce premier rendez-vous de la journée était le prélude à une sortie culturelle et gastronomique.

 

Nous étions attendus au château Raymond à Baron par  Madame Catherine Roulleaux Dugage et son mari, ainsi que par deux de ses sept frères et soeurs, Etienne et Félicité de Montesquieu. Nous avons eu le privilège de découvrir cette demeure de la seconde moitié du XVIème siècle en compagnie des descendants de Montesquieu. Certains l'habitent encore, bien que le confort soit plus proche du XIXème que du XXIème siècle.

 DSCN0021

 

Ce château de l'Entre-deux-Mers faisait partie des immenses propriétés de Montesquieu. Il en hérita en 1716, au décès de son oncle Jean-Baptiste. Ce dernier, n'ayant pas d'enfant lui légua aussi son titre de Baron de Montesquieu et sa charge de Président au Parlement de Guyenne.

 

C'était à l'origine une maison noble fortifiée par une simple enceinte, sorte de grosse métairie d'une dizaine d'hectares. Au fil des mariages et des successions, la propriété ne cessa de s'agrandir. Au XIXème siècle, le bâtiment initial s'est vu prolongé, des deux cotés, d'ailes en retour servant de communs. Malgré cette évolution, nous avons été séduits par la construction principale qui, elle, nous a permis de mieux comprendre le propriétaire terrien qu'était aussi notre philosophe brédois.  

 

2-mars-2013 4199a 

Cette imposante demeure remaniée aux XIXème et XXème siècles conserve encore sur la façade principale son toît mansardé  du XVIIème aux fenêtres surmontées de frontons en arcs segmentaires ou courbes ainsi que ses tourelles d'angles (échauguettes).   

 

2-mars-2013 4210a                                                                                                                                      

La façade arrière, devant laquelle s'étendent d'immenses prairies, a gardé très peu de fenêtres à meneaux du XVIème siècle. Malgré les apports des différentes époques, l'architecture a été respectée. Nous espérons que les restaurations futures préserveront l'authenticité de ce lieu, témoin de la vie de Montesquieu.

 

DSCN0033

 

Les descendants vivaient un moment privilégié en partageant cette rencontre et en se remémorant leurs souvenirs d'enfance. Cousins et cousines évoquaient leurs pères, leurs grand-pères et remontaient l'arbre généalogique complexe pour nous et parfois aussi un peu pour eux.

 

2-mars-2013 4245a 

2-mars-2013 4237a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec une grande simplicité et une grande gentillesse, les propriétaires nous ont ouvert les portes de leur maison et nous avons eu l'immense chance d'entrer dans la chambre dite "du Président". Dans ce lieu dormait Montesquieu lorsqu'il séjournait à Baron. La preuve nous en est apportée par l'écrit apposé sur l'un des montants du  lit.

 

Cette visite intime s'est achevée dans le salon et la salle à manger encore utilisés par les descendants et remplis de souvenirs de famille.

 

Dans cette ambiance chaleureuse, nous avons tous pris la direction du restaurant "Le Baron gourmand".

 

DSCN0086

DSCN0057 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           Après cette immersion dans le passé, nous avons partagé un repas raffiné dans une ambiance sympathique. Merci aux familles Roulleaux-Dugage et de Montesquieu d'avoir permis la réalisation de cette rencontre riche en découvertes historiques et régionales.      

                                 DSCN0084                                                          DSCN0085

Partager cet article

Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 10:11

Le jury du Prix du Cercle des Amis de Montesquieu et de la Ville de La Brède (créé en 2008 par notre association) s'est réuni fin janvier 2013.

 

Les cinq ouvrages présélectionnés sont:

 

Journal dun voyage- (1) Journal d'un voyage à travers la France

de Sophie von La Roche(1730-1807)

Editions de l'Entre-deux-Mers

 

Récit de voyage traduit pour la première fois en français dans son intégralité

 

Cette romancière allemande, novatrice et moderne, a parcouru la France, en 1785 en portant une attention particulière au sort des femmes qu'elle rencontrait. Elle s'est arrêtée à Bordeaux et La Brède. Elle nous offre dans son ouvrage l'un des témoignages les plus complets sur la métropole girondine avant 1789.

La Révolution n'est ni annoncée ni envisagée mais le lecteur ne peut s'empêcher de la pressentir.

 

 

 

 

Le comte de Toulouse lecomtedetoulouse-

de Jacques Bernot

Editions Lanore

 

Biographie

 

Le comte de Toulouse, fils du Roi-Soleil et de Madame de Montespan incarne la caste des privilégiés contre lesquels se déchaînera la Révolution de 1789. Sa fortune est colossale. Il fait de son hôtel parisien une merveille (aujourd'hui siège de la Banque de France) et de son domaine de Rambouillet un paradis pour les chasseurs. 

 

 

 

 

 

 

 

lejoaillierdispahan-Le joaillier d'Ispahan

de Danielle Digne

Editions Le Passage

 

Roman historique                                                   

Nous sommes en 1665. Jean Chardin, jeune joaillier protestant se rend aux mines de Golconde dans le sud des Indes pour acheter des diamants. Au cours de ses pérégrinations (déplacements en caravane, nuits dans les caravansérails, mésaventures dans les pays du Caucase), le jeune homme découvre la Perse.

Montesquieu s'inspira plus tard de ses Récits de voyage (qui figuraient dans la Bibliothèque du Château de La Brède) pour écrire les Lettres Persanes.  

 

 

 

 

Le rêve de Marigny         lerevedemarigny

de Monique Demagny

Editions JC Lattès

 

Roman historique

 

Marigny, lorsqu'il découvre la Cour, est un jeune provincial, sans titre, sans terre et sans soutien, mais il est le frère de la favorite du roi, la marquise de Pompadour. Grâce à elle, il s'instruit, voyage en Italie, s'entoure des esprits les plus brillants. A 23 ans, il est promu directeur des bâtiments du roi. Pendant 22 ans il protège les arts et les artistes et transforme Paris.

 

 

 

 

 

 

NaplesenfetesNaples en fête

de Patrick Barbier

Editions Grasset

 

Roman historique

 

Le  XVIIIème siècle napolitain est celui des arts, de la création et des chantiers grandioses. La fête est partout dans les ruelles. Carnaval et bals populaires fleurissent aux côtés des prestigieux opéras.

Après des siècles de soumission à des puissances étrangères, la ville acquiert une renommée culturelle remarquable. 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Usbek
  • : Parler de Charles-Louis de Secondat , Baron de Montesquieu sous toutes ses formes. Réunir tous les Amis de Montesquieu.
  • Contact

Partenaires

 

  • Château La Blancherie
  • Fondation J. de Chabannes
  • Vignobles Dominique Haverlan
  • Hôtel Akéna
  • Philippe Algayon
  • Petges et Dufranc
  • Vignobles André Lurton
  • Office de tourisme de Montesquieu
  • Communauté de Communes de Montesquieu
  • Ville de La Brède
  • SCI chalet et écuries des pins- famille de Tournemire

Recherche

Pages